Chut... Je bouquine!

06 janvier 2019

C'est lundi, que lisez-vous? #13

 

c'est lundi que lisez-vous

 

 

Rendez-vous initié par Mallou, qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading? by One Person’s Journey Through a World of Books. Galleane a pris la relève après Mallou, le récap des liens se fait maintenant chez elle.

Le concept: présenter les livres qu'on a lu la semaine passée, ceux qu'on est en train de lire, et ceux qu'on va lire ensuite...

 

Ce que j'ai lu la semaine passée:

 

  Résultat de recherche d'images pour "calendar girl mai" 

 

Ma lecture en cours:

 

Ce que je vais lire ensuite:

Certainement un livre qui entrera dans le cadre du Défi Lecture 2019, mais je ne sais pas encore lequel, avec 100 catégories, je peux me permettre de choisir en fonction de mon humeur!

Et vous, que lisez-vous?

 

Posté par Clinsette à 20:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


05 janvier 2019

La Librairie de l'île - Gabrielle Zevin.

La Librairie de l'île.

Auteur: Gabrielle Zevin.

Editeur: Pocket.

Nombre de pages: 283.

Résumé:

A.J. Fikry a l'un des plus beaux métiers du monde : il est libraire sur une petite île du Massachusetts. Mais il traverse une mauvaise passe. Il a perdu sa femme, son commerce enregistre ses pires résultats depuis sa création et il vient de se faire dérober une édition originale et précieuse. A.J. s'isole au milieu des livres jusqu'au soir où il découvre un couffin devant sa librairie. Un bébé que sa mère a abandonné là avec un mot : " Je tiens à ce qu'elle grandisse entourée de livres et de gens pour lesquels la lecture compte. " Réticent au premier abord face à l'ampleur de cette mission, le libraire tombe rapidement sous le charme du nourrisson et entrevoit avec lui la possibilité d'un nouveau bonheur.
Et si la vie valait bien qu'on lui accorde une seconde chance ?

Mon avis:

Le livre ne commence pas avec l'histoire d'A.J., mais en parlant d'Amelia. Pourquoi???? C'est la toute première question que je me suis posée...

Ensuite, on aborde le cas A.J. Fikry... Et quel odieux personnage!

Ma lecture commençait mal: on ne parle pas du libraire, et quand on en parle, il est détestable.

Mais je ne me suis pas laissée abattre, et j'ai continué (un si petit roman, ça aurait été dommage de l'abandonner, surtout qu'il était dans ma PAL depuis plus d'un an, c'est le dernier livre que j'avais acheté avant de reprendre l'avion pour rentrer à Tahiti après mon opération!).

Et qu'est-ce que j'ai bien fait! Une histoire qui ne se déroule pas comme celles que j'ai l'habitude de lire, des personnages attachants, une fin à laquelle ne me m'attendait pas du tout...

Ma note: 16 / 20

Un très bon livre pour passer un agréable moment sur une jolie petite île entouré de bouquins!

Posté par Clinsette à 23:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 janvier 2019

Le cri - Nicolas Beuglet

Le cri.

Auteur: Nicolas Beuglet.

Editeur: Pocket.

Nombre de pages: 560.

Résumé:

À quelques kilomètres d'Oslo, l'hôpital psychiatrique de Gaustad dresse sa masse sombre parmi les pins enneigés. Appelée sur place pour un suicide, l'inspectrice Sarah Geringën pressent d'emblée que rien ne concorde. Le patient 488, ainsi surnommé suivant les chiffres cicatrisés qu'il porte sur le front, s'est figé dans la mort, un cri muet aux lèvres – un cri de peur primale. Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va découvrir une vérité vertigineuse sur l'une des questions qui hante chacun d'entre nous : la vie après la mort...

Mon avis:

Donc, mon avis sur cette première (et pas dernière) lecture de l’année...

Sarah est flic à Oslo. Elle traine avec elle un passé compliqué et traverse en plus une phase personnelle difficile... C’est une taiseuse, qui analyse tout ce qu’elle voit, tout ce qu’elle fait...

Son enquête débute dans un hôpital psychiatrique, dans lequel elle a été à la base appelée pour un suicide, et il s’avère très vite que ça n’en est pas un.

L’histoire se déroule ensuite sur les chapeaux de roues: pas un chapitre ne se passe dans un voyage, de l’action, un rebondissement...

J’ai été emportée du début à la fin par ce livre qui ne laisse pas un moment de répit, jusqu’à la fin... Dont je ne vous parlerai pas! Un bon thriller (comme n’importe quel livre d’ailleurs) ne doit pas être spoilé!

Ma note, pour ce premier livre de l’année (et j’espère pour une reprise en douceur mais régulière):

Ma note: 17 / 20

 Un bon roman, à lire sous la couette (forcément, ça se passe en hiver, c'est de saison!), au coin du feu avec un bon thé, j'ai vraiment beaucoup aimé!

Posté par Clinsette à 04:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 janvier 2019

De retour sur le blog...

Bonjour à toutes et à toutes.

Mon dernier message sur ce blog date de 3 ans...

3 ans pendant lesquels j'habitais encore à Tahiti, j'avais un accès limité aux livres, des horaires de boulot complètement improbables, une vie tumultueuse...

3 ans pendant lesquels j'ai très peu lu (pour l'année 2018, je n'ai même pas compté tellement c'était peu, je me suis arrêtée au milieu de 2017, c'est dire...).

Mais maintenant, je suis de retour chez moi, avec un boulot plus calme, dans lequel je me sens bien... Et un statut de célibataire géographique qui me laisse plein de temps pour lire! Sans parler de mes futures opérations des genoux qui vont me clouer dans mon lit ou mon fauteuil, lieux idéaux pour bouquiner!

Nouvelle année (que je vous souhaite merveilleuse), nouveau départ, nouveaux challenges, nouveaux défis... Et un Père Noël génial qui a su avoir accès à ma wish-list!

Dès demain, vous aurez donc mon premier article, ma première chronique de l'année, et je suis ravie et fière de recommencer cette aventure bloggesque avec vous!

Bonne année, pleine de lectures et de nouvelles découvertes,

et à demain pour de nouvelles chroniques!

Posté par Clinsette à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

18 octobre 2015

Douze ans, sept mois et onze jours - Lorris Murail

12 ans 7 mois et 11 joursDouze ans, sept mois et onze jours.

Auteur: Lorris Murail.

Editeur: Pocket Junion - PKJ.

Nombre de pages: 304.

Résumé:

Une cabane perdue dans les forêts du Maine. C'est là que Walden est abandonné par son père. À partir de maintenant, le garçon va devoir se débrouiller pour survivre dans les bois. Avec pour seule richesse quelques boîtes de conserve, un livre de Thoreau et une carabine. À la fin de chaque journée, Walden note son âge sur une écorce de rondin. Douze ans, sept mois et quatre jours, au moment où commence son apprentissage pour le moins étrange...

Mon avis:

Quand j'ai commencé ce bouquin, je pensais lire une sorte de roman initiatique.

Un gamin, 12 ans, plutôt futé mais pas très costaud, vivant seul avec son père qui, lui, ne jure que par la force physique. Et un jour, Walden pense qu'il a déçu son père, parce que celui-ci le charge dans la voiture et l'emmène dans les bois, et le laisse là, dans une vieille cabane, tout seul.

Il a quelques boîtes de conserves, des allumettes, une carabine, deux livres de Thoreau... Il ne sait pas quand son père compte revenir, ou même s'il compte revenir. Il fait ses calculs, compte combien de temps il pourrait tenir avec les boîtes de conserve, mais sait bien qu'à un moment, il sera obligé de sortir de la cabane, pour aller chercher du bois et faire du feu, ou de l'eau, ou encore, et ça il ne veut même pas y penser, quelque chose à manger...

Pendant une grande partie du bouquin, j'ai pensé lire un livre du genre de Into the wild, Walden est perdu au milieu des bois, il va devoir apprendre à apprivoiser la nature, et trouver comment s'en sortir, jusqu'à ce que quelqu'un le trouve.

Mais ce n'est pas uniquement l'histoire d'un petit bonhomme des bois, très vite on retrouve le monde réel, l'histoire de Walden est rattrapée par celle de son père, et d'un seul coup, ce qui aurait pu être un roman de nature writing devient un thriller captivant qui nous tient en haleine jusqu'au bout!

Ma note: 18/20

J'avais commandé ce livre pour mon dernier anniversaire, en ayant lu aucune chronique dessus, si ce n'est qu'il était génial. Je ne suis vraiment pas déçue, lire un livre quand on ne sait rien sur lui et tomber sur un super bouquin, c'est quand même génial!!!!!

Posté par Clinsette à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


17 octobre 2015

Dieu me déteste - Hollis Seamon

dieu me détesteDieu me déteste.

Auteur: Hollis Seamon.

Editeur: 10/18.

Nombre de pages: 276.

Résumé:

New York, hôpital Hilltop. Richard Casey aura bientôt 18 ans. Comme tous les adolescents, il voudrait faire la fête, draguer, s envoyer en l air, tomber amoureux, danser, fumer, boire, et tout recommencer.

La différence, c est que Richard sait qu il ne fêtera jamais ses 19 ans. Il est un peu plus pressé que les autres et, pour vivre fort, il lui faut déjouer les pièges de tous ceux qui préféreraient le voir vivre un peu plus longtemps. Heureusement, Richard a de la ressource, du courage et un solide sens de l humour. Alors il va ruer dans les brancards. Et si Dieu le déteste, il est prêt à rendre coup pour coup.

Vous n êtes pas près d oublier Richard Casey, comment il mena une révolution contre le corps médical, se glissa dans les draps de la jolie fille de la 302, réussit une évasion périlleuse avec la complicité d un oncle dysfonctionnel, évita de tomber sous les coups d un père vengeur, et joua finalement son destin au poker, dans un des plus beaux bluffs jamais montés contre le sort.

Mon avis:

Richard est un ado, et il n'a plus que quelques jours, quelques semaines tout au plus, à vivre.

Il est en soins palliatifs, car il est atteint d'un DMD, "Dieu me déteste". C'est comme ça qu'il appelle le cancer, parce que pourquoi serait-il atteint de cette satanée maladie, sinon parce que Dieu le déteste?

Il a 18 ans, et tout le monde le sait, on n'est pas sérieux quand on a 18 ans... Dans son service, il y a aussi Sylvie, ado elle aussi, atteinte elle aussi d'un DMD, elle aussi vivant ses derniers jours...

Mais les deux ados veulent plus, ils veulent vivre comme les autres ados dehors, pouvoir se voir quand ils veulent, avoir leur première expérience sexuelle, faire des bêtises, comme tout le monde...

Sauf qu'il va falloir qu'ils le fassent en quelques jours, puisque c'est tout le temps qui leur reste.

Avec l'aide d'un oncle complètement barje, Richard va fuguer, sortir, boire de l'alcool (et aux Etats Unis, la consommation d'alcool n'est autorisée qu'à 21 ans), fumer, se bagarrer, tomber amoureux de Sylvie, avoir sa première expérience sexuelle...

J'ai adoré ce roman, dans la même lignée que Nos étoiles contraires de John Green... Les émotions véhiculées par les deux romans sont similaires, même si dans Dieu me déteste, l'ambiance est moins "fleur bleue", beaucoup plus crue et incisive...

J'ai beaucoup aimé les personnages du roman, surtout les personnages secondaires, comme les petits vieux qui sont dans la même chambre et qui organisent des parties de poker clandestines, le personnel soignant, qui ferme les yeux sur tout ce que peuvent faire les malades, parce qu'après tout, on ne refuse rien à un mourant...

On a beau savoir que c'est un service de soins palliatifs, et que pour toutes les personnes qui s'y trouvent ça ne se finira pas bien, et Richard le rappelle régulièrement tout au long du roman, on s'attache à eux, et on a l'espoir que finalement, ils s'en sortent...

On passe régulièrement par toutes les émotions, du rire aux larmes, en fonction aussi de l'état de santé dans lequel se trouvent les personnages, parce que d'un jour à l'autre tout peut basculer, il y a les jours avec, les jours sans, et les jours où tout est fini... C'est extrêmement bien écrit, la plume est acide, incisive, tranchante, cynique, comme un ado qui vous parle et qui sait qu'il va mourir, très prochainement, et pas sans souffrance...

Ma note: 18/20

Un roman vrai, sans beau ruban pour vous envelopper les drames de la vie, après tout, c'est comme ça pour de vrai, pourquoi le cacher...

Et c'est ça qui m'a plu dans ce livre, parce que le DMD, c'est une vraie m**** qui attaque sans raison, au hasard, et même si tout le monde le sait, on ne le dit pas assez, et surtout pas de la façon dont Hollis Seamon le raconte!

Posté par Clinsette à 09:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 octobre 2015

Le joyau - Amy Ewing

le joyau 1Le joyau - tome 1

Auteur: Amy Ewing.

Editeur: Robert Laffont.

Collection: R.

Nombre de pages: 464.

Résumé:

Vous êtes plus précieuse que vous ne le pensez. Le Joyau, haut lieu et coeur de la cité solitaire, représente la richesse, la beauté, la royauté. Mais pour une jeune fille pauvre comme Violet Lasting, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n'importe laquelle : Violet a été formée pour devenir Mère-Porteuse. Car dans le Joyau, le vrai luxe est la descendance... Achetée lors de la Vente aux Enchères par la Duchesse du Lac, Violet – le lot 197, son nom officiel – va rapidement découvrir la réalité brutale qui se cache derrière l'étincelante façade du Joyau. S'exercer à la cruauté, à la trahison et aux coups bas est la distraction favorite de la noblesse. Violet doit accepter son sort et tâcher de rester en vie. C'est pourtant dans ce sinistre quotidien qu'elle tombe amoureuse d'un séduisant garçon, loué pour servir de compagnon à la nièce aigrie de la Duchesse. Cette relation interdite vaudra aux jeunes amants d'affronter les plus grands des dangers...

Mon avis:

J'avais ce livre dans ma PàL depuis sa sortie. Comme toujours, j'avais lu pas mal de chroniques dessus, surtout de personnes ayant lu aussi La Sélection, une autre dystopie parue chez le même éditeur.

Et toutes les chroniques comparaient plus ou moins les deux histoires (et les deux livres, parce que quand on voit les couvertures, c'est quand même hyper ressemblant, en plus, c'est le même éditeur...).

Oui mais voilà, j'ai aussi la Sélection dans ma PàL, mais je ne l'ai pas lu... Et puis les romances dystopiques, en ce moment, c'est pas un truc que j'ai envie de lire...

Et là, je le prête à une de mes voisines... Qui le lit, et m'en parle plusieurs fois, en me disant qu'il est génial et qu'il faut absolument que je le lise!!!!!

J'étais en pleine panne de lecture, je n'arrivais à accrocher à aucun bouquin... Donc je l'ai commencé, tout en me disant qu'il allait finir comme les autres: entamé, dans un coin, mais pas fini, comme tout ce que j'avais essayé de lire depuis quelques mois...

 

Ben oui, mais non, j'ai accroché tout de suite et je l'ai dévoré en quelque jours!

 

Ca doit être en partie dû au fait que l'histoire est captivante, dès le départ... Mais aussi que la plume est très fluide et addictive!

 

Violet vit dans un monde où les gens de la haute société, ceux qui habitent le Joyau, ne peuvent pas avoir d'enfants. Pendant des années, soit les enfants naissaient morts-nés, soit ils souffraient de graves handicaps. Et ces gens haut-placés se sont aperçus que contrairement à leur "caste", les jeunes filles de la basse société donnaient naissance elles à des enfants bien portants.

Se met alors en place un système de vente aux enchères qui a lieu une fois par an, pendant lesquelles les jeunes filles de 16 ans, après avoir passé à peu près 4 ans dans des centres spéciaux où on les prépare à leur futur rôle de mères-porteuses, sont vendues.

La préparation de ces mères-porteuses m'a énormément plue: elles doivent développer certains pouvoirs télékinésiques, de façon à faire en sorte que leur grossesse se passe le mieux du monde.

 

Violet fait partie de ces filles: elle est le lot 197 (sur 200, donc très recherchée car elle a d'excellents capacités dans les augures), et elle a été acheté par la Duchesse.

La Duchesse est une vieille femme, qui a déjà un fils, mais qui veut absolument une fille pour la marier au fils de la reine... Et le plus rapidement possible: si tu pouvais me faire en bébé mais genre en 6 mois, ça m'arrangerait... Politique et protocole, à fond, et j'adore ça!

Pendant sa "captivité" (parce qu'au bout du compte, Violet est captive, esclave, même plus maîtresse de son propre corps...), elle est traitée comme une princesse, parce que c'est mieux d'en prendre soin, de la personne qui va porter notre bébé... Mais la maltraitance est là, et beaucoup plus psychologique... Ca aussi, j'ai adoré comment c'était écrit!

L'univers du roman est extrêmement bien construit. Une société dystopique, avec des castes, mais construite en cercles concentriques jusqu'à la mer... Je ne sais pas si j'ai tout bien compris, mais ça ressemble quand même énormément à une île perdue et complètement isolée... Y en aurait-il d'autres? Avec d'autres sociétés? Ou alors où ils pourraient s'évader? Je ne connais pas la suite, et je ne sais pas si c'est envisageable, mais si un auteur me lit, ça pourrait peut-être être un truc à creuser... Ou pas!

 

En parallèle de ça, il y a la romance entre Violet et Ash. Ash est le "jeune homme de compagnie" de la nièce de la Duchesse... Donc les filles sont mères-porteuses, et les garçons vendent leur corps... Quelle merveilleuse société!

Et bien sûr on retrouve la résistance: des gens qui ne sont pas d'accord avec l'exploitation des plus pauvres et qui veulent changer les choses. Mais cet aspect et relativement peu abordé dans ce premier tome...

Chaque personnage a un caractère bien précis, que l'on découvre progressivement tout au long de l'histoire, et a son utilité... Ou pas d'ailleurs, mais on sait tout de suite qui est "quantité négligeable" pour la suite de l'histoire!

Les décors sont extraordinaires: je ne suis vraiment pas fan des descriptions trop nombreuses dans les romans, ça a même plutôt tendance à m'agacer fortement. Mais je dois dire que là, grâce au talent d'Amy Ewing, ça passe tout seul, et c'est très utile!

Quand aux thèmes abordés dans ce roman, on retrouve les classiques des dystopies (la société divisée en castes, de la plus riche à la plus pauvre, la maltraitance des plus faibles...), la romance, les amitiés qui se font et se défont, mais aussi le thème des mères-porteuses, qui est quand même osé pour une lecture Young Adult... Mais tellement bien amené que c'en est captivant!

Je suis fan de ces dystopies qui font réfléchir sur les dérives (existantes, comme la télé-réalité dans Hunger Games, ou potentielles, comme ce concept de mères-porteuses) que peut créer notre propre monde moderne...

 

Ma note: 19/20.

 

J'ai vraiment beaucoup aimé ce livre. Je dois dire que c'est grâce à lui qui j'ai remis un pied dans la lecture plaisir et régulière, et que j'ai envie de recommencer à suivre des sagas!

Le deuxième tome vient juste de sortir, et ne va pas tarder à être lu, c'est moi qui vous le dit!!!!!

Posté par Clinsette à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 octobre 2015

J'étais là - Gayle Forman

j'étais làJ'étais là.

Auteur : Gayle Forman.

Editeur : Hachette Romans.

Résumé :

Après le suicide de sa meilleure amie Meg, Cody est sous le choc. Elle était là. Même si Meg et elle s'étaient éloignées depuis quelques temps, elle avait toujours été là pour son amie. Comment avait-elle pu ne pas s'apercevoir que Meg allait si mal ? Pourquoi Meg ne lui avait rien dit ? Quand elle se rend à Seattle à la fac de Meg pour récupérer ses affaires, Cody découvre qu'il y a beaucoup de choses d'elle qu'elle ignorait. Beaucoup de choses qu'elle aurait aimé savoir. Au sujet de ses colocataires par exemple, le genre de filles qui Cody ne rencontrerait certainement pas dans sa petite ville paumée dans l'état de Washington. Ou encore de Ben McAllister, le garçon à la guitare et au sourire narquois qui a brisé le cœur de Meg. Mais surtout Cody trouve un fichier informatique crypté qui transforme toutes ses certitudes au sujet de la mort de Meg en insupportables questions...

 

Mon avis :

J'ai découvert Gayle Forman l'année dernière en lisant Si je reste, et dans la foulée Là où j'irai. J'avais dévoré les deux romans en quelques jours.

J'ai beaucoup aimé le côté un peu surnaturel du premier, et les interrogations que se posait l'héroïne concernant ses motivations pour rester en vie.

J'ai un peu moins aimé le second volet. Moins philosophique, plus dans la romance moderne, j'ai apprécié cette suite, mais elle n'était pas indispensable, je pense que le premier volet se suffisait à lui-même.

 

Quand j'ai appris qu'elle sortait un nouveau roman, j'étais pleine d'espoir. L'espoir de retrouver l'ambiance du premier livre, les questionnements intérieurs et le côté mystique.

 

J'étais là aborde des sujets sérieux, profonds, parfois tabous...

 

La meilleure amie de Cody, Meg, s'est suicidée. Elle a tout orchestré dans les moindres détails : elle a mis ses affaires en ordre, commandé le poison, pris une chambre d'hôtel, programmé un mail avec sa lettre d'adieu... Elle a même prévu le pourboire pour la femme de ménage qui découvrirait le corps.

Cody ne comprend pas. Même si elles s'étaient éloignées depuis la rentrée universitaire, elle a du mal à saisir les motivations de son amie.

Et quand ses parents lui demandent d'aller dans sa chambre d'étudiante récupérer ses affaires, elle rencontre les colocataires de Meg et leur pose des questions...

C'est comme ça qu'elle rencontre Ben, le musicien aux yeux azur, elle pense qu'il a brisé le cœur de Meg et que c'est une des raisons de son suicide.

 

Jusque là, ce roman aurait pu être une histoire de plus sur la première cause de mortalité chez les jeunes.

Mais Gayle Forman va plus loin en traitant d'un aspect rarement, voire jamais abordé : l'influence que peuvent avoir certaines rencontres virtuelles faites sur internet sur des personnes fragiles.

Dans l'histoire, Meg participe à un forum de soutien. Mais pas dans le sens auquel on pense à première vue, ce forum au contraire aide les jeunes à passer à l'acte, ses membres donnant un plan détaillé des actions à mener pour en finir avec la vie.

 

J'ai beaucoup eu de mal à m'attacher au personnage de Cody. Je la trouve égoïste, bêcheuse, elle est désagréable et injuste envers les gens qui lui tendent la main. Sa romance avec Ben est pour moi superflue dans le livre.

Mais l'aspect intéressant du bouquin est celui de l'influence d'internet sur les jeunes.

Ce type de sites et de forums existe bel et bien. Il en existe pour conforter les jeunes dans leurs troubles alimentaires, dans leur mal-être, et même dans leurs idées suicidaires.

Des associations en font fermer régulièrement, mais ils réapparaissent tels des champignons sur la toile.

Pour moi, Gayle Forman a su traiter le thème de la dépression et du suicide chez les ados de façon un peu brutale, mais juste, ce qui m'a permis d'apprécier ma lecture, même si je n'ai pas accroché avec les personnages principaux.

 

Ma note : 14/20.

 

Je ne sais pas si je recommanderais cette lecture à tout le monde. Ce thème est quand même difficile et douloureux pour beaucoup de gens.

Mais il est intéressant, et peut être une base de discussion pour aborder ce sujet épineux avec les jeunes qu'on a tous autour de nous.

Posté par Clinsette à 05:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 octobre 2015

L'infini + un - Amy Harmon

l'infini + unL'infini + un.

Auteur: Amy Harmon.

Editeur: Robert Laffon.

Collection: R.

Nombre de pages: 430.

Résumé:

Superstar internationale, Bonnie Rae Shelby a tout pour elle : l'argent, la beauté, la gloire et... l'envie d'en finir avec la vie. Finn Clyde, lui, n'est rien et ne possède rien, à part son intelligence et son cynisme à toute épreuve. La seule chose qu'il demande : qu'on lui donne enfin sa chance. Une main tendue et quelques coïncidences plus loin, et les voilà engagés dans un périple qui pourrait les transformer que les anéantir. Une romance addictive où il est question d'étoiles filantes, aussi bien de cages plus ou moins dorées et de destinées forgées envers et contre tout.

Mon avis:

J'avais adoré Nos faces cachées, du même auteur, que j'avais lu sans connaître l'histoire. Et qu'est-ce que j'avais bien fait!!!!!

Fait du hasard, quand je me suis lancée dans L'infini + un, je n'avais pas non plus lu le résumé...

Et j'ai été accrochée dès le début par l'histoire, juste parce qu'on avait affaire à Bonnie et Clyde! Ce genre de référence, ça m'éclate! Je sais, je suis futile... Mais j'aime ça!

Bonnie Rae est une étoile montante de la chanson country. Elle a été repérée grâce à une émission de télé-crochet comme on en voit tant de nos jours, et, sous le contrôle de sa grand-mère en tant que manager, elle a fait un début de carrière monstrueux!

Finn est lui un jeune un peu largué, qui plaque tout chez lui pour rejoindre son père à l'autre bout du pays et reconstruire sa vie.

Ces deux-là se rencontrent sur un pont: Bonnie a craqué, elle veut sauter. Et Finn tombe sur elle, essaie de l'en empêcher, réussit...

Ils se retrouvent ensemble, lui sans savoir qui elle est, elle sans savoir où elle va, et commencent à traverser le pays...

J'ai beaucoup aimé ce road trip, ponctué tout le long par des communiqués de presse relatant (d'après la vision de l'entourage de Bonnie) leur périple à travers les Etats-Unis.

Tout au long de l'histoire, le fil rouge fait référence aux "vrais" Bonnie & Clyde, et tout le long on se demande si ça va finir de la même manière que les amants maudits...

Bonnie est une starlette de la chanson. Mais elle est lucide sur ce qu'elle est vraiment, et ce qu'elle risque en quittant tout. Elle m'a plu dans sa façon de gérer les galères, elle est généreuse et le montre dès qu'elle le peut (et c'est pas pour un coup de pub, elle est vraiment comme ça, simple, entière).

Finn est plus secret, plus compliqué. Il pense maths, vit maths, ça le détend, et on voit qu'Amy Harmon a cherché le soucis du détail dans ces interludes, qui sont bien écrits et bien venus dans l'histoire!

Un lien les unit, un lien que peu de gens peuvent connaître et donc comprendre, mais qui a toute sa place dans l'histoire, qui n'est pas juste là pour faire dans l'émotion...

Tous les deux forment un couple complètement improbable. Mais qui peut se vanter de former un couple "qui va de soi" de nos jours?

L'intrigue, très bien menée du début à la fin, nous emmène à travers les Etats Unis à la rencontre de personnages tous plus attachants les uns que les autres, jusqu'au dénouement final, qu'on espère, qu'on attend... On court avec eux, on chante avec eux, on fait des maths avec eux, et ça nous captive!

Même si ça n'a pas été un méga coup de coeur comme Nos faces cachées, j'ai beaucoup aimé l'histoire de Bonnie et Finn, auxquels je me suis attachée très rapidement.

Ma note: 16/20.

Une très jolie romance bien ficelée et bien menée du début à la fin, captivante, attendrissante et passionnante, je recommande!

Posté par Clinsette à 05:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 octobre 2015

Top Ten Tuesday #16

TTT7

 

A l'origine, c'est un rendez-vous hebdomadaire inventé par The Broke and the Bookinsh, et repris en français par Iani. Iani qui cet été a décidé de passer la main à Frogzine, c'est dorénavant sur son blog que se trouve la récap'!

On doit faire une liste de 10 livres selon un thème littéraire défini...

 

Cette semaine, le thème est:

 

Les 10 romans lus ayant le plus de pages.

Comme j'aime beaucoup les intégrales, il y en a quelques uns... Mais du coup, qui dit romans très gros, dit moins de lectures!!!!!

 

trône de fer 1

 

 

790 pages

 

trône de fer 2

 

 

 

960 pages

trône de fer 3

 

1149 pages

 

la voleuse de livres

 

 

633 pages

doctor sleep

 

 

600 pages

shining

 

 

576 pages

 

bora-bora-s-bitches

 

 

576 pages

 

rebecca kean tome 2

 

 

575 pages

 

The mortal instrument tome 1

 

 

570 pages

buffy 1

 

 

540 pages

 

 

 

 

Voilà ma petite sélection...

En fouillant dans mes archives, je me suis aperçue qu'en fait, j'avais plein de livres qui faisaient plus de 500 pages, mais j'en avais aussi plein qui faisaient moins de 100 ou 150 pages!

Mais c'est très subjectif, un "gros" livre... Enfin, je pense que j'ai relevé le TTT de cette semaine!

Et vous, quels sont les 10 livres qui ont le plus de pages que vous avez lus?

 

 

Posté par Clinsette à 05:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :