Je vais vous présenter aujourd'hui un livre qui m'a particulièrement touchée, que j'ai vraiment beaucoup aimé...

les suprêmesLes suprêmes.

Auteur: Edward Kelsey Moore.

Editeur: Actes Sud.

Nombre de pages: 336.

Résumé:

Elles se sont rencontrées à la fin des années 1960 et ne se sont plus quittées depuis : tout le monde les appelle "les Suprêmes", en référence au célèbre groupe de chanteuses des seventies.

Complices dans le bonheur comme dans l'adversité, ces trois irrésistibles quinquas afro-américaines aussi puissantes que fragiles ont, depuis leur adolescence, fait de l'un des restaurants de leur petite ville de l'Indiana longtemps marquée par la ségrégation leur quartier général où, tous les dimanches, entre commérages et confidences, rire et larmes, elles se gavent de nourritures diététiquement incorrectes tout en élaborant leurs stratégies de survie.

Née dans un sycomore, l'intrépide Odette, qui mène son monde à la baguette, converse secrètement avec les fantômes et soigne son cancer à la marijuana sur les conseils avisés de sa défunte mère, tandis que la sage Clarice endure les frasques de son très volage époux pour gagner sa part de ciel. Toutes deux ont pris sous leur aile Barbara Jean, éternelle bombe sexuelle que l'existence n'a cessé de meurtrir. D'épreuves en épreuves, l'indissoluble trio a subsisté contre vents et marées dans une Amérique successivement modelée par les ravages de la ségrégation raciale, l'insouciance des années hippies, la difficile mise en route de "l'ascenseur social", l'embourgeoisement, sous la houlette des promoteurs immobiliers, des quartiers naguère réservés aux Noirs et les nouveaux catéchismes de la modernité mondialisée.

Invitation à une lecture aussi décalée que féconde de la problématique raciale aux Etats-Unis, ce formidable et attachant roman de l'amitié et de la résilience emmené par d'époustouflants personnages et porté par l'écriture imagée et subversive d'Edward Kelsey Moore, s'affirme avant tout comme une exemplaire défense et illustration de l'humanisme conçu comme la plus réjouissante des insurrections.

 

Mon avis:

Quand j'ai commencé ce livre, je ne savais pas trop à quoi m'attendre...

Peut-être quelque chose du genre La Couleur des Sentiments (que j'ai adoré, et dont j'ai aussi adoré le film!), mais j'espérais que ce n'était pas trop comme La Couleur Pourpre (parce que trop triste, et je n'avais pas envie de ça à ce moment-là)...

Et au final, et bien je n'ai pas été déçue!

 

L'histoire tourne autour de trois amies, qui se connaissent depuis qu'elles sont ados, et qui se retrouvent tous les dimanches, après la messe, dans le même restaurant depuis les années 60...

La semaine, elles se racontent (presque) tout, leurs bonheurs, leurs malheurs... Et le dimanche, au restaurant, tout est en sous-entendus (évidemment, les maris, les voisins et les grenouilles de bénitier sont là, donc on évite certains sujets)...

Odette est celle qui a le plus de caractère... Et ma préférée! Toute en menant son monde à la baguette, on la découvre fragile, solitaire, elle cache son cancer pendant pas mal de temps, et elle tait à tout le monde le fait qu'elle voit les fantômes (et notamment celui de sa mère, qui lui révèle la cachette de la marijuana qui l'aidera à supporter les séances de chimio)... Elle est aussi (pour moi) le pilier du trio, celle qui a toujours les tripes de faire les choses, même quand c'est difficile de prendre la décision...

Clarice veut absolument avoir sa place au Paradis... Elle sait que son mari est volage, qu'il la trompe depuis des années, mais elle pardonne, elle se voile la face, parce qu'elle pense que ça lui ouvrira les portes du Ciel... Elle essaie donc d'être l'épouse et la mère parfaite (un peu comme Bree dans Desperate Housewives), en se disant que c'est LA solution pour garder son homme et avoir sa place auprès du Bon Dieu... J'ai passé une bonne partie de l'histoire à vouloir la secouer, lui donner des baffes, mais finalement, elle finit par s'en sortir!

La plus fragile, celle qu'on a envie de protéger absolument, c'est Barbara Jean... Autant dire qu'elle n'a vraiment pas été épargnée tout au long de sa vie... Mais elle a quand même une chance extraordinaire, c'est d'avoir des amies comme Odette et Clarice!

Tout au long du roman, on suit la vie de ces trois femmes (et de toute leur communauté) en se demandant où l'auteur veut nous emmener...

Mais il nous emmène dans leurs vies, on se laisse porter, on partage tout avec elles, j'ai tour à tour été émue, en colère, j'ai ri, j'ai (presque) pleuré...

 

Ma note: 20/20

 

Un énorme coup de coeur, j'ai vraiment été emportée par cette histoire, c'est très bien écrit.

J'ai été hâpée par tout ce qui leur arrive, j'ai ressenti beaucoup de sympathie et de tendresse pour ces trois femmes, et je n'ai eu qu'une envie, qu'Odette, Clarice et Barbara Jean m'invitent à leur table et deviennent mes meilleures amies!

Après ça, un livre me fait de l'oeil (et il est dans ma PàL depuis un moment), c'est Beignets de tomates vertes, de Fannie Flagg... J'ai vu le film, j'ai adoré, à moi le livre!

beignets de tomates vertes