Le cri.

Auteur: Nicolas Beuglet.

Editeur: Pocket.

Nombre de pages: 560.

Résumé:

À quelques kilomètres d'Oslo, l'hôpital psychiatrique de Gaustad dresse sa masse sombre parmi les pins enneigés. Appelée sur place pour un suicide, l'inspectrice Sarah Geringën pressent d'emblée que rien ne concorde. Le patient 488, ainsi surnommé suivant les chiffres cicatrisés qu'il porte sur le front, s'est figé dans la mort, un cri muet aux lèvres – un cri de peur primale. Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va découvrir une vérité vertigineuse sur l'une des questions qui hante chacun d'entre nous : la vie après la mort...

Mon avis:

Donc, mon avis sur cette première (et pas dernière) lecture de l’année...

Sarah est flic à Oslo. Elle traine avec elle un passé compliqué et traverse en plus une phase personnelle difficile... C’est une taiseuse, qui analyse tout ce qu’elle voit, tout ce qu’elle fait...

Son enquête débute dans un hôpital psychiatrique, dans lequel elle a été à la base appelée pour un suicide, et il s’avère très vite que ça n’en est pas un.

L’histoire se déroule ensuite sur les chapeaux de roues: pas un chapitre ne se passe dans un voyage, de l’action, un rebondissement...

J’ai été emportée du début à la fin par ce livre qui ne laisse pas un moment de répit, jusqu’à la fin... Dont je ne vous parlerai pas! Un bon thriller (comme n’importe quel livre d’ailleurs) ne doit pas être spoilé!

Ma note, pour ce premier livre de l’année (et j’espère pour une reprise en douceur mais régulière):

Ma note: 17 / 20

 Un bon roman, à lire sous la couette (forcément, ça se passe en hiver, c'est de saison!), au coin du feu avec un bon thé, j'ai vraiment beaucoup aimé!